Tellement de choses… et en même temps, les mots me manquent.

Pour moi, ce voyage aura été source de transformation, de profondeur, de prises de conscience, de liberté et d’enracinement (en même temps!) et, surtout d’amour.

Sans vouloir comparer, si je me transpose en 2011 lorsque j’étais revenue de notre premier voyage autour du monde et cette fois-ci, à 45 ans, je ne retire pas les mêmes constats. C’est sûrement la preuve qu’on évolue avec l’âge, qu’on prend un peu de maturité, de sagesse… du moins, je l’espère! Je crois d’ailleurs que c’est un des grands avantages de vieillir 😉.

Demain, c’est la fin et… c’est le début d’autre chose ! Nous prendrons l’avion vers Montréal. Nous irons rejoindre Marianne, Sarah-Ève, nos familles, nos amis et retrouver notre terre natale. Mes pieds fouleront le Québec, de manière nouvelle, car je ne serai plus la même personne. Bien sûr, vous me retrouverez telle quelle, mais au fond de moi, mon cœur et mon esprit seront différents. Au cours des 12 derniers mois, j’ai appris à mieux me connaître. Parfois, certains longs temps d’arrêt peuvent être nécessaires pour comprendre qui on est et ce qu’on veut être. Cette « pause » dans ma vie m’aura visiblement servi à cela.

Certaines conclusions se démarquent avec plus d’acuité que d’autres. Notamment, la qualité du lien créé entre Marianne et moi, entre Marianne et Jean-François, Marianne et Sarah-Ève (le mois en Turquie), nous trois, nous quatre est sans contredit l’un des plus beaux cadeaux de la dernière année. Ce temps passé en famille ne reviendra pas, les années passent et les enfants quittent le nid, mais le lien, lui, restera.

La notion du temps et du rythme de vie ralenti se révèlent être d’autres beaux constats. Ce temps qui nous autorisait à ne rien faire, à attendre, à nous déposer, à jouer et ce, sans culpabilité, sans rumination mentale. Ce rythme qui s’accordait à nos rythmes naturels, perdus depuis trop longtemps. Dormir lorsqu’on est fatigué, sans réveille-matin. Se sentir en forme, réellement ! Marcher, randonner, nager, plonger, faire du tai chi et se sentir énergique ! Sentir notre corps, tout court ! Manger des fruits frais, des œufs frais, boire de l’eau potable et en apprécier sa valeur, manger quand on a faim, sans se goinfrer. Se réapproprier son corps ! Bref, je me sens privilégiée d’avoir pu vivre ces derniers mois en santé en réduisant les sources de stress de ma vie quotidienne.

Vous me demanderez peut-être : « Quel a été ton coup de cœur? », « Quel a été ton pays préféré ou ton expérience la plus marquante ? » C’est le genre de questions qu’on nous pose souvent. Sans hésitation, je répondrai : « notre séjour à Katmandou partagé avec la grande famille de l’orphelinat Fresh Népal. » De cette rencontre, je retire un grand sentiment de compassion et d’amour ! Dev et Dhana sont devenus une grande source d’inspiration pour moi. Leur générosité et leur dévouement m’ont beaucoup marquée et m’ont surtout, émue ! À leur contact, j’ai véritablement pris conscience de notre chance, de notre richesse et de l’injustice qui défavorisait certaines personnes dans le monde au profit d’autres. Ce fut un moment bouleversant de mon voyage, je dirais même difficile à intégrer, au début. Mais, au-delà du choc initial, il me reste de cela une immense gratitude et un désir de contribuer intarissable !

En conclusion, je me suis rendu compte que pour me sentir heureuse, j’ai besoin tout autant de ressentir mes ailes que mes racines. Maintenant que mes ailes ont bien volé, mon équilibre intérieur me ramène les deux pieds sur mon sol préféré, celui du Québec, où il me fera un bien fou de m’enraciner !

Share this

Laisser un commentaire

cinq × 2 =